Aujourd'huiAujourd'hui184
HierHier203
SemaineSemaine736
MoisMois3138
TotalTotal163617

Civilisation et histoire de la Russie 

La fondation de l’Etat Kiévien

Première partie 

©Yvan Pailhès

Enseignant chercheur

Université Aix-Marseille

Ecole de notariat

 

 

La fondation de l’Etat kiévien est complexe et controversée.

Lire la suite...

 
                                    Civilisation et histoire de la Russie

La formation de la Russie

Les peuples fondateurs

                                                                         ©Yvan Pailhès

Enseignant chercheur

Université Aix-Marseille

Ecole de notariat

 

Plusieurs peuples, liés aux invasions, sont à l’origine de la création de la Russie.

Lire la suite...

 

 

LA PERCEPTION DU CORPS DANS L'ANTIQUITE MEDITERRANEENE [1] 

 

 

Par Yvan Pailhès enseignant à l’Université Paul Cézanne III et à l’école de Notariat

 

Le corps dans l’antiquité est perçu de façon assez différente de notre conception moderne. En effet, les anciens n’avaient pas une vision réductrice du corps qui n’était pas instrumentalisé et réifié, comme il tend de plus en plus à l’être de nos jours.

Quelle que soit l’appréhension que les anciens se faisaient du corps, elle était dépendante des idées spirituelles de la civilisation concernée et n’existait pas, en dehors d’une cosmogonie et d’une ontologie particulière propre au peuple concerné, et dont l’origine, d’ailleurs, est difficilement appréciable pour certains peuples. Cette approche du corps ne peut être séparée de la vision de l’être humain dans son ensemble, et de sa « création »[2].

 

Deux conceptions seront abordées, dans la mesure où elles sont, par bien des points, antagonistes mais significatives des différentes approches de l’homme et de son corps dans l’antiquité qu’il soit perçu comme une bénédiction ou, au contraire, une malédiction.

Ainsi après avoir étudié le corps dans la civilisation égyptienne (I) nous l’envisagerons à la lumière de la philosophie grecque et nous aborderons le cas particulier de Rome (II).

 

 

Lire la suite...