Aujourd'huiAujourd'hui60
HierHier143
SemaineSemaine623
MoisMois2071
TotalTotal173053

Les derniers articles

LITTERATURE

XVII° siècle

Les auteurs et leurs œuvres

 

Yvan Pailhès©

Enseignant chercheur honoraire

Université Aix-Marseille

Ecole de Notariat


Molière

Jean-Baptiste Poquelin

1622–1673

(1ere partie)

 

 

BIOGRAPHIE:

 

Jean-Baptiste Poquelin, célèbre sous son nom d’artiste : «Molière», naquit à Paris en 1622.

 

Il fit chez les jésuites ses humanités, étudia la philosophie avec Gassendi, spécialiste d’Épicure, qui eut une grande influence dans les œuvres du futur auteur, et fit son droit. Reçu avocat il n’exerça jamais.

Son père, tapissier du Roi, lui transmit sa charge, qu’il abandonna très vite, poussé par l’attrait du théâtre il s’engagea en 1643 dans la troupe de « l’illustre théâtre », à laquelle appartenait Madeleine Béjart, dont Molière à 40 ans épousa la fille Armande âgée seulement de 17 ans.

Emprisonné pour dettes il change à sa sortie de prison son nom de Poquelin, en celui de Molière, afin de ne pas déshonorer sa famille.

Il part alors en province et joue dans les villes du Midi pendant 12 ans : Bordeaux, Toulouse, Albi, Béziers, Montpellier, Nîmes, Lyon…

À son retour à Paris, l’hôtel de Rambouillet a déjà fait sentir son influence. L’observateur redoutable qu’était Molière trouva dans ce fait l’occasion de sa première comédie de mœurs en 1659 : « les Précieuses Ridicules ».

La protection que Louis XIV accorda la troupe de Molière, qui reçoit d’abord le titre de « troupe de Monsieur », frère du Roi, et ensuite celui de « troupe du Roi » offre au jeune auteur comique un champ d’observation plus riche encore.

Organisateur des fêtes de la Cour, Molière gagne dans ce milieu de puissants amis : le prince de Conti, le Grand Condé, le Roi lui-même ; mais se fait aussi de nombreux ennemis : marquis, médecin, bourgeois, tournés par lui en ridicule.

Après une vie pleine d’activité (il était à la fois auteur, acteur, directeur) et aussi de déboires familiaux dus à la différence d’âge de sa femme avec le sien, Molière mourut subitement, en 1673, après la représentation du « Malades Imaginaires ».

Il dut à l’intervention personnelle du Roi d’être enterré chrétiennement (les acteurs, ayant à cette époque une piètre réputation, étaient frappés d’excommunication, donc privés de sépulture chrétienne).

  

ŒUVRES: 

Le répertoire de Molière est très vaste il va de la farce aux comédies de caractère en passant par les comédies d’intrigues et celles de mœurs. 

I) Les Farces.

Ce sont de courtes bouffonneries, à l’imitation de la « Commedia dell’arte » italienne. L’auteur en rédige la trame permettant l’improvisation des acteurs. Il écrivit ainsi « Le Médecin volant », « La Jalousie du Barbouillé », ce sont les deux seules farces qui nous soient parvenues et dont l’authenticité a fait l’objet de discussion.

II) Les Comédies d’Intrigues.

« L’Etourdi ou les contre-temps » joué à Lyon en 1653,

« Le Dépit amoureux » représenté à Béziers en 1656,

« Amphitryon » 1668,

« Sganarelle » 1660,

« Les Fourberies de Scapin » 1671.

III) Les Comédies de Mœurs.

« Les Précieuses Ridicules » 1659,

« Les Femmes Savantes » 1672,

« L’Ecole des Maris » 1661,

« Le Bourgeois Gentilhomme » 1670.

 IV) Les Comédies de Caractères.

« Don Juan » (grand seigneur libertin, pervers et méchant) 1665,

« L’Avare » (transcription d’une pièce de Plaute[1]) 1668,

« Tartuffe » (faux et hypocrite dévot) 1664,

« Le Misanthrope » (homme sincère désabusé par la vie mondaine) 1666,

« Le malade imaginaire » (peinture d’un homme égoïste) 1673.

  

(à suivre)



 



[1] Plaute, Titus Marccius Plautus, est un auteur romain né à Sarsina vers 254 av. J.-C. est mort à Rome vers 184 av. J.-C. Il est l'auteur de comédies notamment « la marmite » reprise par Molière pour sa pièce «L’Avare »