Aujourd'huiAujourd'hui150
HierHier130
SemaineSemaine150
MoisMois2449
TotalTotal159505

 Conseils pour apprendre

 

 Yvan Pailhès

Enseignant à l'université Paul Cézanne,

université de la Méditerranée, école du notariat

 

 

 

I° INTRODUCTION

 

Apprendre est un art qui pour beaucoup d'étudiants n'est pas évident ou encore associé à l'ennui, pourtant ce peut être un véritable plaisir et un enrichissement continuel.

 

Il est vrai que plus on apprend plus on a plaisir à apprendre et plus notre mémoire se développe, peu d'enseignants chercheurs sont frappés par la maladie d'Alzheimer, c'est de la statistique, mais au-delà de ces simples questions médicales, l'étude permet de se structurer, d'organiser son esprit, de construire des connaissances essentielles qui différencient, sans sombrer dans l'humanisme que l'on a trop tendance à accommoder à toutes les sauces, l'homme de l'animal.


C'est intégrer et non juxtaposer, de nouvelles connaissances à ce que l'on sait déjà.

 

« Apprendre, c'est comme construire une maison avec des briques (un tas de briques mêmes empilées bien un ordre, n'est pas une maison) ou faire un puzzle (chaque pièce ne prend une signification que dans la mesure où elle est assemblée avec les autres).

Il faut surtout éviter de simplement « ranger » les connaissances dans des tiroirs séparés de l'esprit. On a trop souvent la préoccupation de « tout » savoir alors que l'important est « de bien savoir »[1].

 

L'université n'a pas pour finalité de vous donner des connaissances toutes construites qu'il suffit d'apprendre par cœur.

 

Bien au contraire elle vous fournit des informations qu’il vous appartiendra d'organiser et d'intégrer à vos propres connaissances anciennes et de vous donner les meilleures conditions pour le faire et pour progresser.

 

Cela signifie que le travail que vous devez fournir vous est propre il y a pas de recette toute faite.

 

L'enseignement ce n'est pas du prêt-à-porter mais au contraire du sur mesure en ce qui vous concerne car c’est à vous qu'il appartient de développer votre potentiel.

 

Tout au plus peut-on vous donner des conseils que l'expérience nous a appris.

 

Plus vous apprendrez, ai-je déjà dit plus haut, plus vous aurez le besoin d'apprendre.

Il est absolument nécessaire de ne pas vous laisser vivre mais au contraire de vous donner des buts : réussite de vos semestres, validation de vos années, obtention des différents diplômes ; il est donc extrêmement important que vous soyez motivés.

 

 

II) DE L’INTERET D’ASSISTER AUX COURS ET DE LA MANIERE D’EN RETIRER LE PLUS GRAND BENEFICE.


« Prendre » des cours dans les amphis et ensuite les entasser sur votre table de travail pour les relire ou les apprendre au dernier moment est une attitude tout à fait négative.

 

A) LE TEMPS DE LECTURE D’UNE PAGE.


Il faut environ huit minutes pour lire une page d'écriture moyenne.

Pour avoir une idée de ce qui vous attend, si vous ne travaillez pas régulièrement, eh bien multipliez huit minutes par le nombre de pages de l'ensemble de vos cours et divisez par 60 vous aurez ainsi le nombre d'heures nécessaires pour une simple relecture c'est-à-dire une révision de vos matières.

Si vous découvrez vos cours au dernier moment ce n'est plus 8 minutes par page mais 20 minutes qu’il vous faudra !

 

Dans ce cas il est inutile de vous présenter aux épreuves la partie est perdue d'avance.

 

B) DE LA PRISE DE NOTES ET DE SON BON USAGE.

 

La meilleure solution c’est de prendre votre cours en amphithéâtre en utilisant des notes, car les enseignants font des cours magistraux c'est-à-dire ne dictent pas un cours. En moyenne le débit de la parole est de 150 à 200 mots par minute, mais l’on ne peut écrire plus de 30 à 40 mots par minute. Vous ne pouvez donc pas transcrire l'intégralité du cours[2], il faut prendre l’essentiel ; ceci nécessite compréhension, attention, esprit de synthèse et la constitution d’un lexique personnel d’abréviations.

Il existe des listes d’abréviations usuelles mais elles ne sont pas exhaustives il vaut mieux créer les siennes à condition de s’y tenir. Toute fois votre cours ne doit pas se transformer en pages de hiéroglyphes que vous n’arrivez plus à déchiffrer.

 

Lorsque vous rentrez chez vous relisez la totalité des notes, des enseignements, de la journée dans ce cas la lecture est rapide et vous mémorisez ce qui a été dit c'est une activité intelligente et formatrice.

 

En fin de semaine où tous les 15 jours relisez l'ensemble des matières qui vous ont été enseigné et vous connaitrez vos cours par cœur ; lorsque le temps de la révision générale arrivera et bien vous vous rendrez compte que vos enseignements sont sus et cette révision ne sera plus qu’une rapide remise en mémoire et le moment d’ajouter certains éléments puisés dans vos TD ou TP[3] ou des lectures que vous avez pu faire dans des revues ou des livres spécialisés[4].

Lorsque vous prenez un cours vous le faites votre, avec vos propres mots et vos idées c'est pour cette raison qu'il est toujours dangereux de vous faire prêter par vos collègues leur cours afin d'en faire des photocopies, certes il peut vous arriver de tomber malades et de ne pouvoir assister au cours mais dans ce cas-là il vous faudra réécrire les documents fournis par vos camarades afin, justement, de vous les approprier en les « formatant » selon « votre écriture », votre pensée.

 

C) LA PREPARATION DU COURS SUIVANT.

 

Autre point intéressant c'est de préparer le cours suivant en relisant les notes du cours précédent mais également en lisant dans un ouvrage les parties qui seront traitées, pour se faire vous prendrez à la bibliothèque la dernière édition de l'ouvrage concernant la matière que vous étudiez et si vous achetez un livre songez toujours à prendre la dernière édition (ce qui est important c'est la date d'édition et non le numéro d'édition ainsi 13e édition ne signifie pas nouvelle édition elle est peut être de 2005 alors qu'il existe une autre édition en 2011 vous trouverez cette précision en début ou en fin d'ouvrage).

 

D) LA MEMOIRE ET SON DEVELOPPEMENT.

 

Autre point important la mémoire, contrairement à des a priori, n'est pas unique, il n'y a pas une seule mémoire visuelle ou auditive. La totalité de nos sens participe à cette mémoire : mémoire olfactive, sensitive, tactile, gustative, etc.

Les caractères visuels ou auditifs ne doivent certes pas être ignorés mais ce sont des tendances qui peuvent être prédominantes mais non suffisantes d'où l'intérêt d'assister aux cours.

D’autre part n’oubliez jamais que la mémoire est répétitive pour perdurer, prenez l’exemple de la sculpture d’un bas relief, sur le calcaire lisse, l’artiste commence par dessiner le sujet de la sculpture, ensuite il creuse les contours des figures de plus en plus profondément, puis il évide les parties entourant chaque élément jusqu'à la réalisation de l’œuvre qui perdurera pendant des millénaires; il en va de même de la mémoire .

Un acteur confirmé peut apprendre, plus ou moins, 1500 vers en une journée pour les besoins d’une représentation, mais une fois celle-ci terminée, le lendemain, il ne se souviendra de…rien !

 

Faites des fiches comprenant les éléments essentiels et importants de l'enseignement, il faut qu'elles soient précises sans pour autant que soit réécrit l'intégralité de ce que vous avez entendu ou lu, il faut donc savoir synthétiser, elles deviendront alors un instrument de travail complétant votre cours mais ne se substituant pas à lui, (elles vous permettront d’augmenter par leur relecture votre capacité à mémoriser), très souvent les fiches de cours des étudiants laissent de côté des éléments importants pour ne faire figurer que des points secondaires voire sans intérêt.

 

II) LA GESTION DU TEMPS.

 

Il est également important de savoir gérer son temps et de travailler au mieux de son cycle physiologique c'est-à-dire travailler le soir ou travailler le matin (selon que l'on est du soir ou du matin selon la sacro-sainte « tempora » summa divisio).

 

Bien évidemment il n'est pas question de conserver allumé son téléphone portable ou de se lever toutes les cinq minutes sous un prétexte fallacieux de faim, de soif ou de tout autre motif que l'on se plaît à invoquer pour se justifier mais qui ne trompe que nous-mêmes.

 

A) SAVOIR TRAVAILLER, GERER SON TEMPS, C’EST AUSSI SAVOIR SE REPOSER.

 

Si vous ne devez pas faire d'impasse et travailler régulièrement il est impératif de fermer les cours et les livres à fin de se reposer et de ne pas saturer son esprit car dans ce cas-là le travail serait très vite vain et le résultat s'avérerait contraire au but recherché car lorsqu'une bouteille est pleine tout ce que l'on rajoute en liquide coule à côté de la bouteille sans la remplir.

Donc prenez des pauses, « changez-vous l'esprit » éclairez votre portable téléphonez et cancanez avec vos amis, allez au cinéma, faites du sport, des promenades, ou bien lisez un roman, une bande dessinée.

J'ajouterais, en post-scriptum, ne perdez pas de temps à recopier vos cours saufs ainsi que j'ai eu l'occasion de vous le préciser si vous empruntez le cours de vos camarades.

Ayez toujours avec vous un lexique ou un dictionnaire afin de vérifier le sens d'un mot.

Enfin la veille de vos épreuves arrêtez de travailler, changez vous « les idées », douchez vous ou prenez un bain chaud et couchez vous tôt.

Si vous suivez ces conseils vous ne devriez pas rencontrer de problèmes insurmontables, il est évident que chaque discipline à ses méthodes propres d'approche et son jargon particulier qu'il vous importera de maîtriser.

Je vous souhaite donc bon travail et bien sûr réussite. 

 



[1] Paul Arnaud, « apprendre à apprendre » éditions Dunod, 1998.

[2] Outre que le mot à mot est impossible, vous perdez le fil du discourt, et perturbez vos voisins en leur demandant ce qui vient d’être dit. Si vous avez des « trous », après le cours, vous vous rapprocherez de vos collègues pour combler les lacunes ou de l’enseignant pour obtenir une précision.

[3] Les travaux dirigés et les travaux pratiques sont absolument fondamentaux. Ils sont une mise en pratiques des connaissances théoriques dispensées en amphithéâtre. Ils doivent donc être préparés consciencieusement. La maîtrise du cours est un impératif mais elle est insuffisante. Il est nécessaire de faire des recherches en bibliothèque (études, articles, mémoire, doctrine, jurisprudence, rapport d’analyse, etc.). Il ne faut pas oublier que « travaux dirigés » signifie : vous faites les travaux et l’enseignant les dirige et non le contraire !  

[4] Les recherches, les lectures, doivent faire l’objet de la rédaction de fiches, classées et utilisées en permanence. Le cours n’est pas suffisant, même pour les épreuves théoriques, un devoir, dont l’étudiant se limite à « ressortir » le cours parfaitement, sans oublier une virgule, ne vaut pas la moyenne.