Aujourd'huiAujourd'hui16
HierHier70
SemaineSemaine236
MoisMois1032
TotalTotal153288

Fête du troisième dimanche après la Pentecôte

« Votre œil est la lampe de votre corps »

Les Conférences Radiophoniques Orthodoxes (Radio-Dialogue)

 

Réflexions sur l'Évangile de la liturgie.



Yvan Pailhès

Enseignant-chercheur

Aix-Marseille Université (Université Paul Cézanne, université de la Méditerranée), école du notariat, Institut des études supérieures juridiques Lacydon

 

L’évangile du jour est celui de saint Matthieu au chapitre VI, versets 22 à 33.

 


Saint Matthieu continue le récit de l'enseignement du seigneur qui porte sur plusieurs points :

D’abord Jésus prend, pour expliquer la lumière spirituelle, l'exemple de la lampe, la lampe du corps c'est l'oeil, si l'oeil est sain le corps est lumière, si l'œil est malade le corps tout entier est dans les ténèbres. Et si la lumière qui est en soi est ténèbres, plus grande encore seront les ténèbres.

Ensuite Jésus affirme que nul ne peut servir deux maîtres : car dans ce cas, ou il haïra l'un et aimera l'autre, où il se soumettra à l'un, et méprisera l'autre ; on ne peut servir Dieu et les richesses.

Ne vous inquiétez point de ce que vous mangerez pour le soutien de votre vie, ni d’où vous aurez des vêtements pour couvrir votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement ?

Considérez les oiseaux du ciel ils n’amassent pas dans des greniers, le père céleste les nourrit.

Qui peut malgré tous ses soins ajouter du temps à sa vie ?

Les lis des champs, sont mieux vêtus que Salomon dans tout sa gloire.

Ne vous inquiétez pas pour savoir ce que vous allez manger, boire et comment vous vêtir. Ce sont les païens qui sont en quête de ces choses. Votre père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses; commencez donc, d'abord, par chercher le royaume de Dieu et de sa justice et tout cela vous sera donné par surcroît.

Dans notre quête, le seigneur nous enseigne le détachement des richesses, qui ne sauraient être assimilées à l'argent, à la fortune, mais à la possession, à l'attachement impérieux aux choses, au sens passionnel, ainsi un pauvre au sens « financier » du terme peut-il être en fait un riche vomi par Dieu et un riche en réalité un pauvre au sens évangélique. La richesse peut revêtir des formes multiples elle est l'expression du pouvoir, de l'égoïsme. Elle nous aveugle, comme Saül, sur le chemin de Damas poursuivant de sa haine les chrétiens, est frappé de cécité. La cécité est toujours le symbole de l'ignorance, de la dépendance à nos penchants les plus vils.

Cet état d'attachement, d'assujétissement, aux richesses nous empêche de voir la lumière du monde, l'analogie entre la lampe et l'oeil exige une explication.

L'oeil est en effet toujours identifié, et c'est normal, à la vue et donc à la lumière et par extension à la connaissance.

Mais en tant qu'organe il revêt un aspect particulier totalement différent du reste du corps, il a une consistance quasiment translucide, immatérielle, et est souvent considéré par certains auteurs, comme de même nature que le corps d'Adam et Eve avant la chute qui avaient un corps lumineux, cristallin, semblable à une pierre précieuse, ce qui est à rapprocher de la Jérusalem céleste décrite par Saint-Jean le théologien dans son apocalypse, la nouvelle Jérusalem est faite de pierres précieuses. Les pères de l’église nous rappellent que l’homme est l’ornement de la création.

C'est pour cette raison que l'on ne peut servir deux maîtres Dieu et l'argent, Dieu et Mammon[1]. Car la volonté de possession aveugle l'homme, le détourne de sa vocation, l'alourdit et le plonge dans les ténèbres de l'ignorance, et de la mort.

La voie de la déification c'est celle de l'abandon à la providence de Dieu, et à sa volonté[2] et Dieu ne saurait nous plonger dans le malheur et le dénuement spirituel bien au contraire, l'Esprit Saint illumine notre vie et nous transfigure comme le seigneur fut transfiguré sur le Mont-Thabor. Dieu ne compte pas et donne grâce sur grâce.

Il n’y a pas de prédestination avec les sauvés et les damnés depuis l’origine, c’est l’une des plus abominables des hérésies, héritée de l’augustinisme et que l’on rencontre assez souvent dans les formes hétérodoxes comme certaines branches du protestantisme.

Notre seule prédestination c’est l’ordre du Seigneur lui-même, « soyez parfait » !

L'important, c'est la recherche du royaume de Dieu et de sa justice ce qui implique l'anéantissement de notre égoïsme qui nous aveugle et éteint toute lumière et espoir en nous, et fait de nous des sépulcres.



TEXTE : Évangile selon saint Matthieu au chapitre VI, versets 22 à 33. [3]

 

22 - Votre œil est la lampe de votre corps. Si votre œil est simple, tout votre corps sera lumineux.

23 - Mais si votre œil est mauvais, tout votre corps sera ténébreux. Si donc la lumière qui est en vous n'est que ténèbres, combien seront grandes les ténèbres mêmes ?

24 - Nul ne peut servir deux maîtres : car, où il haïra l'un, et aimera l'autre ; où il se soumettra à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et les richesses.

25 - C'est pourquoi je vous dis : ne vous inquiétez point de ce que vous mangerez pour le soutien de votre vie, ni d'où vous aurez des vêtements pour couvrir votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ?

26 - Considérez les oiseaux du ciel. Ils ne sèment point, Ils ne moissonnent point, et ils n'amassent rien dans les greniers ; mais votre Père céleste les nourrit. N’êtes-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

27 - Et qui est celui d'entre vous qui puisse, avec tous ses soins, ajouter à sa taille la hauteur d'une coudée ?

28 - Pourquoi aussi vous inquiétez-vous pour le vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs; ils ne travaillent point ; ils ne filent point ;

29 - et cependant je vous déclare que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a jamais été vêtu comme l'un d'eux.

30 - Si donc Dieu a soin de vêtir de cette sorte une herbe des champs, qui est aujourd'hui, et qui sera demain jetée dans le four, comment aura-t-il plus de soin de vous vêtir, ô hommes de peu de foi ?

31 - Ne vous inquiétez donc point, en disant : que mangerons-nous ? Ou que Boirons-nous ? Ou de quoi nous revêtirons-nous ?

32 - Comme font les païens qui recherchent toutes ces choses : car votre père sait que vous en avez besoin.

33 -Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît.

 

 



[1] Mammon est le Démon des richesses, le diable.

[2] L'Évangile, de l'appel des premiers disciples au lac de Tibériade, lu le deuxième dimanche après la Pentecôte est tout à fait révélateur. Jésus les appelle et ils quittent tout pour le suivre, sans qu'il y ait besoin d'aucune explication, comme la Sainte Vierge Marie lors de l'annonciation : que ta volonté soit faite seigneur.

[3] La Sainte Bible-édition de la Vulgate, Le Nouveau Testament de Jésus-Christ, l'Évangile selon saint Matthieu traduction Le Maistre de Sacy, traduction de la Vulgate Paris 1832-1836