Aujourd'huiAujourd'hui53
HierHier56
SemaineSemaine53
MoisMois1808
TotalTotal150271

 

Fête du deuxième dimanche après la croix


«Traitez les hommes de la même manière que vous voudriez qu'ils vous traitent »


Les Conférences Radiophoniques Orthodoxes (Radio-Dialogue)

 

Réflexions sur l'Évangile de la liturgie.

 

 

 

 

Yvan Pailhès

Enseignant-chercheur

Aix-Marseille Université (Université Paul Cézanne, université de la Méditerranée), école du notariat, Institut des études supérieures juridiques Lacydon

 

 

 

Il n'y a pas un jour, une fête, un dimanche qui ne soit une aide, une leçon illuminative dans la voie de l'union avec Dieu. Chaque instant étant une prière, un barreau de l'échelle sainte qui nous conduit de la terre au ciel[1], de notre nature humaine à notre nature divine.

L'Évangile de ce deuxième dimanche après la croix en est une lumineuse démonstration.

Le Seigneur, nous rapporte saint Luc au chapitre VI, versets 31 à 36, de son Évangile, nous exhorte à l'amour des autres, de notre prochain.

« Traitez les hommes de la même manière que vous voudriez vous-même qu'ils vous traitent car si vous aimez ceux qui vous aiment, si vous faites du bien à ceux qui vous en font et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? Puisque les gens de mauvaise vie, les pêcheurs en font autant.

C'est pourquoi il faut aimer vos ennemis, faire du bien à tous, prêter sans rien attendre en retour. Car alors votre récompense sera grande, vous serez les fils du très haut, car il est bon aussi avec les ingrats, les mauvais, et les méchants. Montrez-vous donc miséricordieux comme votre père est miséricordieux. »

C'est un amour absolu, sans calcul, sans retour qui nous est demandé et cet amour doit s'étendre au prochain. Saint Matthieu[2] rapporte également le même précepte « aimez votre prochain comme vous-même » et l'amour c'est le pardon. Abba Anter[3], un des pères du désert, disait à son disciple: « si grand que soient les péchés que j'ai commis, si je fais pénitence, le seigneur me pardonnera, mais si mon frère me demande le pardon et que je ne lui pardonne pas, le seigneur non plus ne me pardonnera pas. »

Saint-Paul[4] ne dit rien d'autre lorsqu'il s'écrit aurais-je la connaissance de tout l'univers, si je n'ai pas l'amour, je n'ai rien.

Et cet amour c'est l'éros, un amour gratifiant, non sclérosant car étouffant la personne dans une sujétion narcissique et égoïste.

 

 

Aimer son prochain comme soi-même c'est aimer Dieu.

En effet l'homme est fait à l'image et à la ressemblance de Dieu, il est l'icône parfaite de Dieu et c'est à ce titre notamment que l'officiant encense chaque fidèle au cours des offices. Saint Cyrille d'Alexandrie nous enseigne que l'homme est l'image couronnée de Dieu ce qu'explique Saint Grégoire de Nysse[5] lorsqu'il écrit que l'image est le Christ et l'image de l'image est l'homme.

En aimant notre prochain, c'est l'image de Dieu, c'est le Christ que nous aimons, que nous reconnaissons en chacun de nous et en nous-mêmes.

Et les ingrats comme les mauvais sont eux aussi à l'image de Dieu et les rejeter c'est rejeter Dieu lui-même qui est bon et miséricordieux avec eux.

Comment pouvons-nous juger et donc limiter notre amour à ceux qui nous plaisent, qui nous aiment et comment pouvons-nous, en refusant de pardonner et en jugeant notre prochain, nous placer au-dessus de Dieu lui-même ?

C'est encore les pères du désert qui nous éclairent par leur expérience dans la voie de la déification. Abba Moïse[6] ayant été convoqué pour tenir conseil à la suite d'une faute commise par un frère, se présenta devant ses frères, portant sur son dos une corbeille percée qu'il avait remplie de sable, à l'étonnement de ses frères il répondit « mes péchés coulent à flot derrière moi et je ne les vois pas, et je viens aujourd'hui pour juger des fautes d'autrui » les frères se turent et pardonnèrent le pénitent.

Ainsi doit-il en être de nous, ôtons de notre œil la poutre qui nous aveugle, remettons les dettes à ceux qui nous doivent ( c’est le Christ, lui-même, qui nous l’enseigne dans la prière universelle du « notre père ») et Dieu nous remettra nos dettes et soyons bons; la bonté est ce qui plaît le plus à Dieu et désarme le plus les hommes car c'est en nous transformant que nous transformons les autres et réalisons notre seule vocation, notre seule prédestination, devenir Dieu et cela est possible en s'identifiant au Christ, en devenant amour et pardon, en revêtant l'humanité du Christ car Dieu s'est fait homme pour que l'homme se fasse Dieu ne cessent de clamer Saint Irénée[7] et les Pères. Et en devenant Dieu nous sanctifions le monde et les hommes, car la prière des saints soutient l'univers entier dont nous sommes le nouvel Adam.

 


 

TEXTE : Évangile selon saint Luc chapitre VI, versets 31 à 36. [8]

 

 

31 - Traitez les hommes de la même manière que vous voudriez vous même qu'ils vous traitent.

32 - Que si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on, puisque les gens de mauvaise vie aiment aussi ceux qui les aiment ?

33 - Et si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quel gré vous en saura-t-on, puisque les gens de mauvaise vie font la même chose ?

34 - Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir la même grâce, quel gré vous en saura-t-on, puisque les gens de mauvaise vie s'entre-prêtent de la sorte pour recevoir le même avantage ?

35 - C'est pourquoi, aimez vos ennemis, faites du bien à tous, et prêtez sans en rien espérer, et alors votre récompense sera grande, et vous serez les enfants du très Haut ; parce qu'il est bon aux ingrats mêmes, et aux méchants.

36 - Soyez donc plein de miséricorde, comme votre père est plein de miséricorde.

 

 

 

TEXTE : Évangile[9] selon saint Matthieu chapitre V, versets 43 à 48, chapitre VII verset 12. [10]

 

 

43 - Vous avez appris qu'il a été dit : tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.

44 - Et moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous persécutent et qui vous calomnient;

45 - afin que vous soyez les enfants de votre Père qui est dans les cieux, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants, et fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

46 - Car si vous n'aimez que ceux qui vous aiment, qu'elle récompense en aurez-vous? Les publicains ne le font-ils pas aussi ?

47 - Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous en cela de plus que les autres? Les païens de le font-ils pas aussi?

48 - Soyez donc, vous autres, parfaits comme votre père céleste est parfait.

VII - 12 Faites donc aux hommes tout ce que vous voulez qu’ils vous fassent ; car c’est là la loi et les prophètes.

 



[1] Le songe de Jacob : «... Et voici qu'une échelle était solidement fixée sur la terre dont le sommet arrivait jusqu'au ciel, et les anges de Dieu montaient et descendaient sur elle. [...] Cela n'est rien d'autre que la maison de Dieu, et c'est la porte du ciel ». Genèse, chapitre 28, verset 12,17, la Bible d'Alexandrie, la Septante, la Genèse, édition du cerf 1986 ; Saint-Jean Climaque, L'Échelle Sainte, traduction, introduction et notes par le Père Placide Deseille, spiritualité orientale, n° 24, éditeurs Abbaye de Bellefontaine.

[2] « Et voici le second, qui est semblable à celui-là : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. ». Évangile de Saint Matthieu, chapitre XXII, verset 39, La Sainte Bible édition de la Vulgate, le nouveau testament de Jésus-Christ, l'Évangile de Saint Matthieu traduction Le Maistre de Sacy, Paris 1832-1836 ; ce verset est précédé par les versets 37-38 : « Jésus lui répondit : tu aimeras le seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. C'est là le plus grand, et le premier commandement. » ; Ces trois versets sont intimement liés, ils sont l'affirmation de la parenté de l'homme et de Dieu.

[3] Les Apophtegmes Des Pères du Désert ; Paroles des Anciens ; Les Moines d'Orient (Festugière) ; Etc.

[4] Saint-Paul, première épître aux corinthiens, chapitre 13. Nous avons résumé la pensée de Saint-Paul.

[5] Saint Grégoire de Nysse, Création de l'homme, éd. Cerf.

[6] Les Apophtegmes Des Pères du Désert ; Les Moines D'Orient ; opus supra.

[7] Saint Irénée, Contre les hérésies, éd. cerf, 1991 ; Démonstration de la prédication apostolique, sources chrétiennes n° 62, éd. cerf 1971.

[8] La Sainte Bible-édition de la Vulgate, Le Nouveau Testament de Jésus-Christ, l'Évangile selon saint Luc traduction de Le Maistre de Sacy, traduction de la Vulgate Paris 1832-1836

[9] Nous rajoutons ce passage de l'Évangile selon saint Matthieu, car nous considérons qu'il complète et explicite celui de saint Luc.

[10] La Sainte Bible-édition de la Vulgate, Le Nouveau Testament de Jésus-Christ, l'Évangile selon saint Matthieu traduction de M. Le Maistre de Sacy, traduction de la Vulgate Paris 1832-1836